Le privé et le professionnel plus imbriqués

Version imprimableEnvoyer à un ami

 Une minorité croissante ne rechigne pas à empiéter quelque peu sur ses temps libres pour le travail. En échange, ce groupe attend de son employeur qu’il tienne compte de la situation familiale pour définir les horaires de travail, qu’il communique clairement, facilite le télétravail et permette de régler des affaires de nature privée durant le temps de travail. « Il est temps de revoir l'organisation du travail. »

Une moitié de Belges*en faveur de l'imbrication entre travail et famille (Tempo-Team)

Nos partenaires