CSC: évitez le médecin du travail

Version imprimableEnvoyer à un ami

Le syndicat ACV, l’aile flamande de la CSC, donne un conseil étonnant à ses affiliés malades depuis longtemps. « Si vous craignez que votre employeur veuille provoquer un licenciement pour cause de force majeure médicale, restez de préférence en dehors de la procédure de réintégration. N’allez pas chez le médecin du travail et ne lui remettez pas de documents médicaux. »

C’est le cinquième conseil donné dans "10 tips voor langdurig zieke werknemers" dans la revue hebdomadaire ACV-weekblad Visie du 23 mars (pdf, téléchargement direct, p. 13 et 14) La Confédération de syndicats chrétiens se méfie de la manière dont la loi sur la réintégration est mise en pratique.

D’après l’ACV, 84 % des procédures entamées se terminent par un licenciement sans indemnités de préavis pour motif de force majeure médicale.

La fédération patronale FEB « s’oppose fondamentalement » à cette analyse.

À lire également : L'objectif du trajet de réintégration des malades de longue durée est la clarté et la réorientation (réaction de la FEB)

«N’allez pas chez le médecin du travail», conseille l’ACV aux malades de longue durée qui reçoivent une convocation (SudInfo)

Nos partenaires