Rémunération et conditions de travail

Le cadre de la prime bénéficiaire est fixé

[approuvé] La loi-programme précise les détails définitifs concernant la procédure d’introduction d’une prime bénéficiaire. D’après les exemples chiffrés, ce nouvel instrument pour récompenser les travailleurs est moins fastidieux à mettre en place que le bonus salarial.

Mémento de tous les montants pour 2018

Avec la nouvelle année, des dizaines de montants sociaux et fiscaux ont été actualisés. Vous en trouverez un récapitulatif dans la nouvelle version de la socioliste et de la fiscoliste de Securex, à télécharger gratuitement. La première est également proposée en un fichier Excel modifiable, qui permet d’effectuer des simulations.

Régimes de travail assouplis dans l’e-commerce

[approuvé] La loi-programme instaure pour le secteur du commerce électronique un assouplissement définitif et un assouplissement temporaire dans la procédure d’introduction du travail de nuit. Pour certaines activités, la loi autorise également temporairement le travail du dimanche, moyennant une modification du règlement de travail ou la conclusion d’une convention collective de travail.

Autres flexi-jobs et prime bénéficiaire adoptés

[approuvé] La loi-programme a été adoptée hier par le Parlement. Entreront en vigueur au 1er janvier 2018 : l’extension des flexi-jobs, la prime bénéficiaire, la cotisation d’activation pour les travailleurs dispensés de prestations et la cotisation de responsabilisation pour les heures complémentaires disponibles non proposées aux travailleurs à temps partiel.

Recul du bonus lié aux résultats

Le bonus non récurrent lié aux résultats perd du terrain, sans doute à cause de sa complexité, constate Acerta. Le bonus salarial « classique » gagne, lui, en popularité car il est plus flexible, même s’il semble moins avantageux sur le plan fiscal. Le warrant connaît la plus grosse augmentation (+ 44 %).

Un employeur paie les années d’occupation au noir

Après avoir occupé une personne « officieusement » durant des années et l’avoir rémunérée de manière très aléatoire, un employeur reçoit le boomerang en retour. Son appel en Cassation a été rejeté. La travailleuse en question a droit à une rémunération et même à un dédommagement. Le fait de payer la rémunération en retard constitue également un délit indemnisable.

Compensation salariale pour un travail allégé

[mesure prévue] Le gouvernement veut permettre, à partir du 1er janvier 2018, des fins de carrière « douces » pour les employeurs et leurs travailleurs d’au moins 58 ans qui conviennent d’alléger la charge de travail. L’employeur pourra octroyer une indemnité au travailleur pour compenser la perte de salaire.

Un jeune gagne 18% de plus que son prédécesseur

Les jeunes de moins de 30 ans reçoivent un salaire supérieur de 18 % à celui de leurs collègues de la même catégorie d’âge qui quittent leur employeur. Pour les employés de 50 ans et plus, en revanche, le salaire au moment de l’entrée en service est inférieur de 11 % à celui au moment de la sortie de service.

Sous le RMMMG? C’est le moment de régulariser

Si le RMMMG n’est pas atteint, vous pouvez compenser par la prime de fin d'année. Vous trouverez en ligne le tableau contenant les montants mensuels applicables. Il en ressort, par exemple, qu’un jeune de 20 ans qui compte 12 mois de service doit avoir gagné au moins 19 310,56 euros à la fin de l’année.

Indexation de 1,87 % pour les employés en 2018

D’après des estimations de SD Worx, les employés de la commission paritaire no 200 verront leur salaire brut augmenter de quelque 1,87 % au 1er janvier 2018. C’est ce qu’annonce Trends Tendance. Le pourcentage définitif d’indexation ne pourra être calculé qu’après publication des chiffres d’inflation de novembre et décembre.

Nos partenaires