Marché du travail et économie

Perspectives d’embauches chez les grands employeurs

En matière d’intentions de recrutements au cours du premier trimestre 2018, les employeurs se montrent optimistes en Flandre et prudents en Wallonie. À Bruxelles, ils prévoient des réductions des effectifs. Plus grande est l’entreprise, plus elle s’attend à ce que le nombre de nouvelles recrues dépasse celui des départs. Tels sont les résultats du récent Baromètre de ManpowerGroup.

Recrutements en vue suite à la directive vie privée

Le compte à rebours a commencé avant l’entrée en vigueur de la nouvelle règlementation européenne en matière de protection des données à caractère personnel. Pour sa mise en œuvre, 2 entreprises sur 3 prévoient d’offrir une place fixe à de nouveaux profils. Elles sont 60 % à également envisager du renfort temporaire. Voilà ce qui ressort d’un sondage de Robert Half.

6000 euros de revenus complémentaires non taxés

Le travail à 4/5e va gagner en popularité : à partir du 1er janvier 2018, on pourra gagner 500 euros par mois en plus sans payer de taxes ni d’ONSS. Ce nouveau régime reste limité à des prestations strictement définies, y compris via les plateformes agréées d’économie collaborative.

L’Europe évolue vers une concurrence plus loyale

Les travailleurs détachés doivent toucher le même salaire que les travailleurs locaux pour un travail égal effectué au même endroit. Ainsi en a décidé l’UE. Les entreprises belges (de la construction) et leurs travailleurs ne constateront pas de changement de si tôt.

Comment instaurer un plan cafétéria ?

Un plan cafétéria permet de fidéliser les travailleurs et de leur offrir un avantage sans accroître le coût salarial pour l’employeur. Comment le rédiger ? Quels avantages inclure ou non ? Comment le mettre en œuvre, sachant qu’aucune loi spécifique ne règlemente la question ? Partena Professional vous éclaire.

Pénurie structurelle des talents en Flandre

La Flandre connaît une forte hausse du nombre de postes ETP vacants du fait du départ à la pension de travailleurs de 50 ans et plus, alors que la population en âge de travailler se réduit.

En 2015, le salaire médian s’élevait à 3 095 euros

La moitié des travailleurs à temps plein a gagné, en 2015, plus de 3 095 euros bruts. Les mieux rémunérés relevaient de l’industrie pétrochimique (54 % au-dessus de la moyenne), des activités des sièges sociaux et conseils de gestion, et du secteur informatique. Le communiqué détaillé du SPF Économie ventile les données par région, genre, secteur, profession, etc.

L’indépendant de plus en plus « quasi-salarié »

Un demi-million d’indépendants dépendent à ce point des conditions que certains leur imposent qu’ils sont quasiment salariés. Cela vise les chauffeurs Uber, les coursiers Deliveroo, mais aussi les freelances ou les consultants dédiés à un seul client. Gérard Valenduc (UCL) a dressé le portrait de cette catégorie en plein essor. Le droit du travail reste flou et les syndicats s’interrogent.

Optimisme des employeurs bruxellois et wallons

Les employeurs de la Région bruxelloise et de Wallonie s’attendent durant le quatrième trimestre à un accroissement de leurs effectifs, révèle le récent Baromètre ManpowerGroup. En Flandre, la situation reste stable. Huit secteurs interrogés sur 10 prévoient des embauches, en particulier la construction, l’horeca et les services d’utilité publique.

Salaires réels toujours plus bas qu’avant la crise

Chacune des sept dernières années, nos salaires réels sont restés inférieurs à ce qu’ils étaient avant la crise de 2009. Du moins si l’on s’en tient aux définitions et aux règles européennes, et non belges. 2016 s’est terminé à 2,6 pour cent sous le niveau de 2009. Alors que les prix à la consommation ont augmenté.

Nos partenaires