Intérim

Seulement 50 % de nouveaux contrats à temps plein

La transformation du marché de l'emploi s’accélère. Le travail intérimaire sur base de contrats journaliers prend visiblement de l’essor, depuis l’assouplissement de la législation. Les contrats pour des missions irrégulières représentent actuellement 20 % du total - plus qu’avant la crise.

Federgon condamne l’abus de contrats journaliers

Le reportage télévisé diffusé à propos des contrats journaliers a suscité de nombreuses réactions, dont celle de Federgon est des plus avisées. La fédération du secteur intérimaire condamne vivement l’enchaînement abusif de contrats journaliers octroyés aux travailleurs intérimaires et invite les agences d’intérim à rappeler le cadre juridique strict à leurs clients.

Enquête pour abus de contrats journaliers

Le ministre du Travail Peeters a ordonné une vaste enquête préliminaire portant sur le recours à des contrats journaliers successifs pour les travailleurs intérimaires. Il parle de conditions dégradantes. Tout cela est parti d’un reportage réalisé par la télévision flamande, mettant en cause l’entreprise de livraison DHL Aviation.

Intérim : signature du contrat avant de commencer

La loi a été adoptée : à partir du 1er octobre 2016, tout contrat de travail intérimaire doit être signé avant le début des prestations. La règle des 48 heures, qui donnait lieu aux abus, est abrogée. Notez que la signature peut se faire par voie électronique. Ce contrat signé électroniquement équivaut à un contrat de travail normal.

Éco-chèques électroniques pour les intérimaires

Le secteur intérimaire est le premier à avoir adopté les éco-chèques électroniques, par le biais d’une CCT. Tous les intérimaires peuvent par conséquent recevoir ces chèques par voie électronique. Les travailleurs intérimaires y ont droit selon les mêmes modalités et aux mêmes conditions que les autres membres de votre personnel.

Mise à disposition illégale, factures irrecevables

Si, sans être une société de travail intérimaire, vous mettez du personnel à la disposition d’un autre employeur qui exerce sur lui une autorité, vous enfreignez une loi d’ordre public. Vos factures ne sont donc pas exigibles. Si l’autre employeur refuse de payer, vous n’avez aucun recours. Une entreprise l’a appris à ses dépens et a ainsi perdu 217 000 euros.

Sanctions pour l’utilisateur d’intérimaires

L'utilisateur ne peut fournir à l'entreprise de travail intérimaire des renseignements inexacts concernant la commission paritaire dont il relève, ou concernant les salaires de ses travailleurs permanents. Ces infractions à la loi sur le travail temporaire sont dorénavant passibles d'une sanction de niveau 2. Le Code pénal social vient d’être actualisé en ce sens.

Ploy : l’appli de recrutement du 21e siècle

Randstad innove en lançant Ploy, une application qui met en rapport 24/7 les employeurs de l’horeca et bientôt du commerce de détail et de la logistique et les candidats aux missions à court terme, comme un étudiant qui travaillerait comme serveur. Randstad se charge du volet administratif et de la rémunération, mais aucun agent d’intérim n’intervient dans la conclusion du contrat.

Bond numérique en avant dans l’intérim

Dès le 1er octobre 2016, la règle des 48 heures sera supprimée dans le secteur intérimaire   l'employeur devra signer le contrat avant le début des prestations. Le papier étant trop lent, les travailleurs intérimaires recevront et signeront leur contrat sur leur smartphone ou tablette. Un accord a été conclu dans ce sens au Conseil national du Travail.

Signature électronique dans le secteur intérimaire

Des millions de contrats de travail intérimaire entre des sociétés d’intérim et des travailleurs intérimaires pourront dorénavant être signés chaque année par voie électronique, sur un PC, une tablette ou un smartphone. Federgon a mis le système en place. Le contrat peut être signé au moyen d’une carte d’identité électronique ou d’un code personnel.

Nos partenaires