Gestion des talents

Le développement des talents récompensé

Une nouvelle étude réalisée par Acerta balaie un vieux malentendu. L'employeur qui se fait développeur de talents pour ses collaborateurs ne voit pas augmenter le roulement du personnel, mais est au contraire récompensé par une plus grande loyauté. Mieux connaître ou évaluer ses talents inciterait en effet à moins regarder ailleurs.

La majorité des travailleurs prêts à changer

En Belgique, 16 % des travailleurs cherchent activement du travail chez un autre employeur. Cela ne veut pas dire que la grosse majorité reste vissée sur sa chaise. Assez étonnamment, une enquête d’Acerta observe qu’une grande majorité de vos travailleurs sous prêts à accepter de nouvelles tâches (60 %) ou à changer d’équipe (80 %).

Grande autonomie, peu de voix au chapitre

Pas moins de 56 % des Belges regrettent d’avoir si peu voix au chapitre et d’impact dans leur entreprise en Belgique. Nous sommes le plus mauvais élève des sept pays visés par une étude de SD Worx. Cette faible participation réduit notre engagement au travail. Un autre indicateur est heureusement plus positif : 90 % se disent satisfaits de l’autonomie dont ils jouissent.

Attention: 1 travailleur sur 5 en décalage

[UPDATE] Au moment de leur recrutement, 20 % de vos collaborateurs constituaient la bonne personne à la bonne place, mais ne le sont plus maintenant. Voilà ce que révèle une étude de ManpowerGroup. Explication : leurs compétences sont dépassées. Ils sont nombreux à en être conscients et attendent que leur employeur prenne des mesures.

Vos talents numériques sont tentés de partir

Vos collaborateurs calés en informatique vous sont précieux. Mais si vous ne leur offrez pas l’occasion d’aiguiser toujours plus leurs compétences, il y a une chance sur deux qu’ils soient tentés, pour cette seule et unique raison, de chercher un autre employeur. Voilà ce qui ressort d’une enquête assez inquiétante de Capgemini et LinkedIn.

Les avantages n’empêchent pas l’employé de partir

L’analyse des données personnelles permet de prédire la rotation du personnel, affirme une chercheuse de la VUB. Mais selon elle, les RH se soucient peu de ce genre d’analyses. Elle a entre autres constaté que les employés qui ont une voiture de société et un salaire élevé quittent plus facilement leur employeur.

Les RH parmi les 8 compétences les plus prisées

Les spécialistes RH comptent parmi les 8 métiers qui seront les plus recherchés dans les années à venir, annonce le Forum économique mondial. La quatrième Révolution industrielle exerce un impact énorme sur les métiers. Afin de traverser cette épreuve, les entreprises devront pouvoir compter sur des personnes compétentes, entre autres, en matière de formation et de recyclage.

Qui mérite-t-il une promotion ?

Quelqu’un qui travaille bien aujourd'hui ne jouit pas forcément des qualités requises pour jouer demain un rôle de premier plan, vu le monde en mutation rapide dans lequel nous évoluons. Comment identifier les ‘high performers’ de demain ? Tenez surtout compte de la ‘learning agility’, conseille Hudson.

Les responsables RH s’attèlent à la satisfaction

Dans la nouvelle ‘guerre des talents’, près de la moitié des responsables RH belges se font un devoir de renforcer la satisfaction de leurs meilleurs éléments, révèle une étude de Walters People. Ils misent en particulier sur les possibilités de promotion et les formes flexibles de travail, tels le télétravail et les horaires variables.

L’employabilité durable, principal défi

Un ouvrier de l’industrie textile a actuellement près de 50 ans en moyenne. L’exemple est extrême. Mais il est un fait que l’âge moyen du travailleur belge augmente d’année en année. La mise en œuvre d’une politique d’employabilité durable devient le principal défi du service RH, constate Acerta, qui propose diverses pistes de réflexion.

Nos partenaires