Contrat de travail

Mise en œuvre de l’alerte travail à domicile

Le ministre de l’Emploi et l’IRM se sont mis d’accord sur l’activation d’une alerte travail à domicile en cas de conditions météorologiques dangereuses. Kris Peeters appelle les employeurs à prévoir des procédures relatives au télétravail en cas de force majeure, sur la base du « télétravail occasionnel » introduit par la loi qui porte son nom.

Licenciement par e-mail recommandé : une réalité

La reconnaissance d’un premier « prestataire de service qualifié » donne le coup d’envoi aux recommandés électroniques. Votre e-mail devient ainsi valable pour un licenciement avec préavis ou pour motif grave, et pour l’échange de documents signés. Securex conseille d’inclure une nouvelle clause dans vos contrats de travail.

Le fisc limite l’usage des warrants

Les warrants commencent (enfin) à rencontrer du succès comme outil de motivation, au lieu du bonus annuel lourdement taxé, par exemple. Mais le Service des rulings de l’administration fiscale met le holà. Le service limite la valeur des warrants et options sur actions de SICAV octroyés, tant pour les travailleurs que pour les dirigeants d'entreprise indépendants.

Le flexi-job plus coûteux qu’on ne le croit

Un flexi-job coûte moins cher qu’un travailleur ordinaire, mais la différence n’est pas énorme. Au salaire horaire de base de 9,18 euros (quelle que soit la fonction) s’ajoutent toutes sortes de suppléments et primes, le flexi-pécule de vacances et parfois un salaire garanti en cas de maladie. Partena Professional donne un exemple chiffré et plus de détails.

L’"activité principale" du flexi-job

Mis à part les pensionnés, tous les travailleurs qui exercent un flexi-job doivent prouver qu’ils bénéficient d’une couverture sociale grâce à une activité principale chez un ou plusieurs autres employeurs. Partena Professional explique en détail comment mettre ce principe général en pratique.

Mémento de tous les montants pour 2018

Avec la nouvelle année, des dizaines de montants sociaux et fiscaux ont été actualisés. Vous en trouverez un récapitulatif dans la nouvelle version de la socioliste et de la fiscoliste de Securex, à télécharger gratuitement. La première est également proposée en un fichier Excel modifiable, qui permet d’effectuer des simulations.

Autres flexi-jobs et prime bénéficiaire adoptés

[approuvé] La loi-programme a été adoptée hier par le Parlement. Entreront en vigueur au 1er janvier 2018 : l’extension des flexi-jobs, la prime bénéficiaire, la cotisation d’activation pour les travailleurs dispensés de prestations et la cotisation de responsabilisation pour les heures complémentaires disponibles non proposées aux travailleurs à temps partiel.

Remplacement d’un travailleur en incapacité

Après le Nouvel An, vous pourrez engager quelqu’un dans le cadre d’un contrat de remplacement pour lui faire prester – de manière flexible – les heures de travail non prestées par le travailleur en incapacité de travail qui a repris partiellement le travail. C’est l’objet d’un projet de loi sur lequel la Chambre devrait se prononcer prochainement.

Les RH face aux nouvelles formes d’emploi

Les entreprises font de plus en plus appel aux consultants externes, freelances et autres contractants. Une évolution qui impacte immanquablement le service des ressources humaines. Alors que les RH sont souvent tenues à l’écart. Securex publie un Focus Report approfondi et très instructif qui analyse ces formes atypiques de travail et montre comment les RH peuvent y faire face.

Refus d’heures complémentaires à un temps partiel

Un emploi vacant à temps plein ou à temps partiel avec plus d’heures revient au travailleur à temps partiel qui en a fait la demande et possède les qualifications requises. La loi-programme lie pour la première fois une sanction financière au non-respect de cette obligation par l'employeur. Celle-ci ne sera applicable que pour les travailleurs engagés après le 31 décembre 2017.

Nos partenaires