Bien-être au travail

Subventions pour la lutte contre le burn-out

Les employeurs pourront obtenir jusqu'à 8 000 euros de subventions pour des projets de prévention du burnout. Ils ne visent pas l'accompagnement de cas individuels. La demande doit être introduite par voie électronique auprès du CNT ou du SPF Emploi entre le 1er uillet et le 15 septembre 2018.

"Bonne tenue des locaux" pour éviter la poussière

Ce 20 juin est la Journée du nettoyage. Attentia profite de l'occasion pour rappeler l'importance d'une bonne tenue des locaux, surtout en présence de particules fines. Savez-vous qu'une couche d'à peine 0,1 mm peut entraîner un risque d'explosion de poussière ?

Le coup de mou du vendredi après-midi bien réel

Les cadres, les hommes et les autres groupes de travailleurs s'estiment moins productifs le vendredi après-midi. Voilà ce que révèle une enquête intéressante menée par Randstad. Visiblement, on ne leur a pas demandé s'ils se considéraient plutôt comme du matin ou du soir, ce qui est dommage car cela joue indubitablement.

Break@Work indique le montant de l'allocation

Outre le nombre de mois et de jours disponibles dans le cadre d'un crédit-temps, d'une interruption de carrière ou d'un congé thématique, les travailleurs peuvent à présent consulter dans Break@Work le montant de leur allocation. L'outil mis au point par l'Onem a été consulté 150 000 fois par 60 000 personnes, en moins de 5 mois.

Les hommes plus souvent en congé parental

L'année dernière, un peu plus d'un travailleur masculin d'entre 30 et 40 ans sur 20 a pris un congé parental. Cela reste peu, mais cela représente une hausse de moitié en 5 ans. Parmi toutes les formes d'interruption de carrière, 31,55 % des hommes optent pour un congé parental à temps partiel – contre 33,47 % des femmes.

Les employeurs négligent les risques psychosociaux

La plupart des entreprises belges n'appliquent aucune politique de prévention en matière de risques psychosociaux. Telle est la conclusion d'une enquête de Wolters Kluwer. Cette politique est pourtant obligatoire. Seuls 2 % des managers jugent le niveau de stress au travail élevé à trop élevé. Les travailleurs ne sont pas du même avis et les statistiques leur donnent raison.

Dix conseils santé de CEO bien connus

Les tentatives d'inciter les collaborateurs à mener une vie plus saine porteraient rarement leurs fruits, d'après la récente enquête 'En quête nationale de santé' de l'assureur-vie NN (ancien Delta Lloyd Life). Un échec dramatique, qui contrarie autant les travailleurs que les dirigeants d'entreprises. Des patrons bien connus confient leur optique.

Fedris lance un projet pilote burn-out

Fedris, l’Agence fédérale des risques professionnels, va accompagner 300 à 1 000 travailleurs à la limite du burn-out. Leur employeur sera impliqué dans le processus. Ce projet pilote est prévu pour une durée de trois ans. Il vise les secteurs des services financiers et des activités hospitalières.

Le privé et le professionnel plus imbriqués

 Une minorité croissante ne rechigne pas à empiéter quelque peu sur ses temps libres pour le travail. En échange, ce groupe attend de son employeur qu’il tienne compte de la situation familiale pour définir les horaires de travail, qu’il communique clairement, facilite le télétravail et permette de régler des affaires de nature privée durant le temps de travail.

Pas ce soir, chéri, j’ai travaillé sur ordinateur

Messieurs, ne sous-estimez pas les maux de tête qu’invoque votre chérie en allant au lit. 42 % des femmes qui passent la journée devant un ordinateur se plaignent régulièrement de maux de tête plus ou moins forts en rentrant chez elles. C’est l’un des résultats d’une enquête intéressante effectuée par Attentia sur les problèmes physiques dont se plaignent les utilisateurs d’écran.

Nos partenaires