Absentéisme

3 jours fériés en mai : les règles à respecter

Le mois de mai qui vient comptera un jour férié un mardi (1er mai), un jeudi (Ascension) et un lundi (Pentecôte). Il va donc falloir jongler avec les ponts, les jours de récupération et surtout avec les horaires des travailleurs à temps partiels. Securex vous rafraîchit la mémoire et rappelle les amendes que vous risquez en cas de non-respect de la réglementation.

Bonus lié au bien-être chez bpost

Chez bpost, les cadres supérieurs touchent un bonus plus élevé s’ils parviennent à réduire l’absentéisme de courte durée (moins d’un mois) dans leur service. Le principe étant qu’un plus faible niveau d’absentéisme reflète un bien-être plus élevé au travail, qui rejaillit à son tour sur la qualité des prestations et la satisfaction des clients.

Le malade qui reprend le travail n’y perd plus

En reprenant le travail à temps partiel, certains malades de longue durée perdaient une partie de leur indemnité - jusqu’à 200 euros par mois - depuis le 1er avril. Maggie De Block reconnaît que cette perte de revenus n’était pas l'objectif recherché et met en place une mesure correctrice.

Salaire rarement garanti pour une visite médicale

Un travailleur prend rendez-vous chez le généraliste ou un spécialiste pendant les heures de travail ? Parce que c’était le seul moment possible à bref délai, par exemple ? Son salaire n’est pas forcément garanti. Le travailleur n’y a droit qu’à des conditions bien précises. Explications chez Group S.

Congés complets en cas de reprise en demi-journées

Un travailleur qui reprend le travail en demi-journées après une maladie aura dorénavant droit à une constitution complète de ses droits de vacances. Cette nouvelle règlementation comble une lacune dans la législation. Elle entrera en vigueur avec effet rétroactif au 1er janvier 2018 et son impact se fera sentir dans le nombre de jours de congé à partir de 2019.

La réintégration délicate dans nombre d’entreprises

Le nombre de demandes de trajets de réintégration augmente, mais seule 1 sur 4 émane de l'employeur. De plus, moins d’un employeur sur deux connaît la procédure à suivre, et même 1 sur 3 dans les PME. Voilà ce qui ressort d’une enquête menée par Mensura. 38 % des employeurs comptent au moins un travailleur absent depuis plus de 2 ans.

Modifications reprise du travail et éloignement

[approuvé] Pour les travailleuses en éloignement partiel du travail (protection de la maternité), l’allocation journalière est désormais calculée autrement. Idem en cas de reprise progressive du travail après une incapacité complète. Le médecin-conseil de la mutuelle ne peut plus autoriser cette reprise du travail sans date de fin.

Absentéisme en hausse de 33 % en 10 ans

En dix ans, l’absentéisme pour cause de maladie a augmenté de 33 % dans les entreprises belges. D’après les calculs de SD Worx, les travailleurs s’absentent en moyenne 12,1 jours ouvrables par an pour cause de maladie. L’absentéisme de longue durée devient de plus en plus fréquent. Pour l'employeur, le coût annuel s’élève à 1 010 euros par travailleur à temps plein.

Vie privée/professionnelle: impact sur l'employeur

Sur 100 travailleurs qui ont trouvé un équilibre entre leur travail et leur vie privée, 72 se disent motivés et impliqués dans leur travail. Sur 100 qui ne sont pas satisfaits de cet équilibre, en revanche, seuls 19 se disent motivés et impliqués. Seuls 42 % de la population active belge déclare avoir trouvé un bon équilibre, d’après une nouvelle étude.

Plus d’absentéisme chez les fumeurs

Un travailleur sur trois fume toujours ; dans le secteur tertiaire, la tendance est même à la hausse. Ce n’est pas insignifiant pour l'employeur. Un sondage confirme à nouveau un lien avec l’absentéisme : 28 % de fumeurs, contre 21 % de non-fumeurs, ont admis s’être absentés au moins une fois, pour minimum deux semaines, de façon imprévue au cours de l’année écoulée.

Nos partenaires